Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LE SOUVENIR FRANCAIS - COMITE CANTONAL DE CORBIE

LE SOUVENIR FRANCAIS - COMITE CANTONAL DE CORBIE

Le Souvenir Français Comité cantonal de Corbie a pour objet de conserver la mémoire de ceux et de celles qui sont morts pour la France au cours de son histoire ou qu'ils l'ont honorée par de belles actions, notamment en entretenant leurs tombes ainsi que les monuments élevés à leur gloire, tant en France qu'à l'Etranger,de transmettre le flambeau aux générations successives en leur inculquant, par le maintien du souvenir,le sens du devoir, l'amour de la Patrie et le respect des valeurs.


VALINES - La tombe de Louis Vivier, symbole du souvenir

Publié par Souvenir Français-Comité cantonal de Corbie sur 20 Novembre 2012, 09:49am

Catégories : #Novembre 2012

Lundi 12 Novembre 2012

VALINES La tombe de Louis Vivier, symbole du souvenir
Jacquy Manier, maire de Valines (à droite), et Claude Leschaeve se sont recueillis sur la tombe de Louis Vivier.

Jacquy Manier, maire de Valines (à droite), et Claude Leschaeve se sont recueillis sur la tombe de Louis Vivier.

Tombé pendant la Première Guerre mondiale, Louis Vivier, enfant du pays, est enterré à Valines. Sa tombe a été réhabilitée pour ce 11 novembre.

Louis Vivier est né le 10 septembre 1893 à Valines. Enfant du pays, il grandit à Saint-Marc, hameau de ce village, dans lequel ses parents sont agriculteurs. Au début de la Première Guerre mondiale, Louis Vivier effectue son service militaire à Amiens, à la caserne Friant. Ce funeste jour du 29 novembre 1914, quand les Allemands bombardent les tranchées et gagnent du terrain, il est blessé grièvement au visage, puis transporté à l'hôpital militaire d'Auxerre, dans l'Yonne. Il y meurt le 6 janvier 1915.

L'histoire de Louis Vivier, brève et tragique, ressemble à celle de nombreux soldats tombés pour leur pays. Cet enfant du village est devenu un symbole hier, lors de la cérémonie du 94 e anniversaire de l'armistice du 11 novembre 1918.

«Nous devons cette cérémonie à Michel Martin, passionné de la Première Guerre mondiale, a rappelé le maire de Valines, Jacquy Manier. C'est lui qui a demandé l'autorisation à la municipalité de réhabiliter la tombe du soldat Vivier, alors qu'en déshérence, elle allait être reprise. Grâce à lui, elle est désormais sauvegardée.» Le président du comité abbevillois du souvenir français, Claude Leschaeve, a apposé la cocarde du souvenir français sur la croix.

M.M.-H. source le courrier picard.fr

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents